Air France : 60’s in the air


Si l’image d’Air France a malheureusement terni ces dernières années, force est de constater qu’elle fut une compagnie aérienne mythique au milieu du 20è siècle. La French touch !

Tout commence en 1933, sous l’impulsion du Ministre de l’Air, Pierre Cot, cinq grandes compagnies françaises Air Orient, Air Union, les Lignes Farman, la CIDNA, l’Aéropostale font cause commune pour créer, le 30 août 1933, une seule compagnie nationale : Air France. En quelques années seulement, cette nouvelle compagnie aérienne s’impose sur la scène internationale comme une compagnie majeure.

La crevette prend ses ailes

Très vite un logo est trouvé. Air France reprend l’emblème d’Air Orient, un cheval ailé à queue de dragon. Alors que le débat fait rage entre l’avion et l’hydravion, le merveilleux animal fait consensus, aussi à l’aise dans le ciel que sur les flots. Il est adopté avec enthousiasme par le personnel, qui le rebaptise la « Crevette ».

Le Président d’Air France n’est autre qu’Ernest Roume, ancien président d’Air Orient. Air France structure son réseau autour de trois plates-formes : Marignane (Marseille) pour la Méditerranée et l’Orient, Toulouse pour l’Amérique du Sud et Le Bourget pour les liaisons avec les principales villes européennes.

Portée par l’expansion du transport aérien, la Compagnie connaît un essor spectaculaire. Avec une flotte renouvelée, elle étend et densifie son réseau vers l’Afrique, l’Asie et les Amériques.

1946, des embauches à tour de bras

Nationalisée le 26 juin 1945, la flotte est renouvelée. Air France commande aux Etats-Unis des avions de nouvelle génération, comme les quadrimoteurs Douglas et Lockheed. Pour faire fonctionner cette entreprise en plein essor, on embauche à tour de bras. Au 1er janvier 1946, Air France emploie 6 000 agents ; trois ans plus tard, ils sont près de 14 000 !

Le mythe des hôtesses de l’air

C’est alors, qu’à l’instar des compagnies aériennes américaines, les premières hôtesses de l’air font leur apparition et la renommée de la compagnie. Les premières hôtesses doivent avoir entre 21 et 30 ans, ‘le visage avenant‘, de la personnalité, de la distinction… et être célibataire (règle en vigueur jusqu’en 1963). Elles ne doivent pas mesurer moins de 1,55 mètre et pas plus de 1,70 mètre. Elles sont souvent d’anciennes infirmières-pilotes secouristes de l’air (les IPSA), formées pendant six mois près de Paris. Les plus grandes marques de haute couture se succèdent pour les vêtir : Dior en 1963, Balenciaga en 1969…

En à peine trois ans, Air France reprend sa place dans le concert des compagnies internationales. La concurrence s’exacerbe. L’expansion de l’aérien est spectaculaire. En 1949, plus de 20 millions de passagers sont transportés dans le monde, contre 6 millions en 1945.

Boeing 707 et Caravelle

Après-guerre, Boeing devient le fer de lance du transport aérien civil. La firme conçoit un prototype, qui révolutionne l’aviation. Le B 707 est capable de transporter 142 passagers à 900 km/h : le double des avions de l’époque ! L’annonce de son lancement en 1954 fait l‘effet d’une bombe. Plus puissants, les avions peuvent transporter plus de passagers, plus vite, plus loin. Un Boeing 707 effectue un Paris-New York en huit heures, avec 180 passagers. Deux fois plus qu’un Super Constellation à hélice qui met plus de quatorze heures pour effectuer le trajet.

Une Caravelle d’Air Inter

La France n’est pas en reste avec les légendaires Caravelles. Le premier prototype effectue son premier vol à Toulouse le 27 mai 1955. Premier biréacteur civil au monde produit en série, la Caravelle présente la caractéristique, innovante pour l’époque, d’avoir les moteurs placés à l’arrière du fuselage et non dans les ailes. Elle a aussi la particularité d’avoir une passerelle qui permet de monter à bord sous la queue.

Destinée aux itinéraires courts et moyen-courriers, la Caravelle fut construite entre 1954 et 1973 par la société française Sud-Aviation, qui deviendra Aérospatiale (un des ancêtres d’Airbus) en 1970.

Air Inter pour désenclaver les régions

Brigitte Bardot arrive sur le tarmac avec Air France

Air France rayonne sur le monde, mais ne dessert que les lignes domestiques en correspondance pour la clientèle internationale, Nice par exemple. Les stars voyagent avec Air France.

L’État favorise donc la création d’une compagnie intérieure, Air Inter en 1954 qui démarre vraiment son exploitation au début des années 1960. Avec un réseau limité, la jeune compagnie désenclave peu à peu les régions françaises.

Air France plus grande salle de cinéma au monde

Il y a 50 ans, Air France fait sensation et installe le cinéma à bord de ses avions. Sur des vols longs parfois de vingt heures, des distractions s’imposent et le cinéma tombe sous le sens. C’est en 1966 que l’on assiste à la projection du premier film à bord. Grâce à des écouteurs individuels – payants en classe éco – les passagers choisissent leur bande son, anglaise ou française. Deux films sont prévus sur les longs trajets, comme Paris-Tokyo.

Viva Maria de Louis Malle ouvre la programmation en mai 1966 entre Paris et New York.

Festival en plein ciel avec Air France

Outre le cinéma, une large gamme de distractions en vol est alors proposée allant de la musique symphonique en stéréophonie aux commentaires d’informations, la variété de l’offre justifie l’appellation de « Festival en plein ciel » et contribue plus que jamais au mythe Air France : le chic à la française, de par les frontières.

Le défi technologique du Concorde

Air France est également associé à un défi technologique encore inégalé aujourd’hui : le Concorde.

Le 25 octobre 1962, un traité est signé entre la France et la Grande Bretagne pour la réalisation d’un avion de transport supersonique.

Le 13 janvier 1963, le président français Charles de Gaulle suggère que l’avion soit baptisé Concorde et le 24 octobre, une première maquette grandeur nature du « Concord » sans « e » est présentée. Dans les deux langues, le mot signifie la concorde, l’harmonie, l’union.

100 passagers à Mach 2,2

La première maquette duConcorde en bois en 1967

Le Concorde doit être capable de transporter 100 passagers à une vitesse de croisière de Mach 2,2. La moindre pièce de l’avion est à la pointe de la technologie. Son nez qui s’affaisse légèrement est une de ses caractéristiques les plus innovantes. Il s’abaisse pendant les décollages et les atterrissages ce qui permet d’améliorer la vision de la piste pour le pilote.

Le Concorde 001, premier prototype, sort d’usine le 11 décembre 1967. Après quinze mois d’essais au sol, Concorde 001 décolle de Toulouse le 2 mars 1969 piloté par André Turcat.

74 pré-commandes avant le choc pétrolier

Cinq appareils sont commandés par British Airways le 5 avril 1972, qui devient le premier client de l’avion.
« Nous allons vous emmener au bord de l’espace, là ou le ciel devient plus sombre, là où l’on peut voir la courbe de la Terre. Nous allons traverser l’Atlantique deux fois plus vite que le son, qu’une rafale de balle – 37 kilomètres chaque minute. Nous allons voyager tellement vite que nous seront plus rapides que la rotation de la Terre. Le monde aura les yeux rivés sur nous » déclare Mike Bannister, pilote en chef du Concorde de la British Airways.

Le 2 juin 1972, le second prototype 002 fait des démonstrations au Moyen-Orient et en Extrême-Orient. Celles-ci amènent un nombre important de commandes pour l’avion, puisque 74 commandes ou options ont été prévues par seize compagnies aériennes, dont huit nord-américaines.

Cependant, à partir de 1973 une combinaison de facteurs cause l’annulation de la presque totalité des commandes en option. Parmi ceux-ci, on peut citer principalement le premier choc pétrolier.

La vitesse de croisière du Concorde est de Mach 2,02 à une altitude variant de 16 000 à 18 000 mètres. Il est doté d’une aile delta spécifique dite gothique et de moteurs à postcombustion développés d’abord pour le bombardier britannique Avro Vulcan. Il est aussi le premier avion civil à être équipé de commandes de vol électriques analogiques.

Un premier vol commercial vers Rio

Vol commercial du Concorde vers Rio

Le premier vol commercial a lieu le 21 janvier 1976 à destination de Rio via Dakar.

Le 4 février 1976, le secrétaire américain aux transports William Coleman lève l’interdiction pour les vols supersoniques au-dessus des eaux territoriales et accorde les atterrissages à Washington et à New York. Air France et British Airways commencent les transatlantiques avec Washington le 24 mai.

Jusqu’en 1983, les destinations pour Air France sont : Rio de Janeiro, Caracas, Dakar, Mexico, Washington, Dallas et New York. À partir de 1983, pour rentabiliser au maximum son supersonique, la compagnie réduit ses vols à la seule destination de New York, assurant cependant en plus des vols spéciaux appelés charters et des tours du monde.

Le Concorde volera jusqu’en juillet 2000 et le tragique accident qui entraîna la mort de 113 personnes. Sa seule et unique avarie d’une carrière mythique qui fit la renommée d’Air France.

Affiche Air France 1950

Share Button

1 Response


Leave a Reply