Norman Rockwell : peintre engagé de l’histoire de l’Amérique


Le Mémorial de Caen en Normandie expose pour la première fois en France, du 10 juin au 27 octobre 2019, les quatre tableaux de Norman Rockwell inspirés par le discours d’entrée en guerre de Franklin Roosevelt en 1941. Des tableaux qui ont marqué l’histoire américaine.

Franklin Roosevelt

Le 6 janvier 1941, le Président des États-Unis, Franklin Roosevelt, prononce l’un des discours qui fera date. C’est le discours « des Quatre Libertés ». L’Amérique n’est toujours pas en guerre alors que l’Europe et l’Asie le sont. Norman Rockwell, inspiré par ce discours, réalisera quatre tableaux en 1943 pour illustrer les Quatre Libertés. Il y a d’abord la liberté de parole, s’inspirant d’une assemblée de village à laquelle il a participée. Viennent ensuite la liberté de culte, puis la liberté d’être à l’abri du besoin. Cette dernière est illustrée par un repas de Thanksgiving. Enfin, la quatrième et dernière liberté est d’être à l’abri de la peur.

 

Ces tableaux feront pendant la guerre le tour des États-Unis et permettront de récolter 130 millions de dollars pour soutenir l’effort de guerre.

 

 

 

 

 

 

Né à New York le 3 février 1894. Norman Rockwell présente dès son enfance des prédispositions pour le dessin. En 1910, il entre à l’Art Students League of New York, où il perfectionne sa technique. La même année, il illustre son premier livre, Tell me why, Stories, et commence une longue collaboration avec le mouvement des boy-scouts des États-Unis en illustrant la revue Boys’ life.

Le Garçon au landau, première couverture de Norman Rockwell pour le Saturday Evening Post du 20 mai 1916

En 1916, il se rend à Philadelphie siège du magazine The Saturday Evening Post et propose trois couvertures au directeur de la revue George Horace Lorimer, qui sont acceptées. Il devient dès lors le peintre de l’Américain moyen et son nom est identifié à cette revue dont il réalise les plus célèbres illustrations et couvertures jusqu’en 1963.

The American way -1944

En 1935, il illustre les romans de Mark Twain, Tom Sawyer et Huckleberry Finn. Peintre engagé, Norman Rockwell participe à l’effort de guerre en 1943 en publiant Les Quatre Libertés. Le projet de Rockwell démarre pourtant avec difficulté car il ne rencontre pas l’assentiment des autorités gouvernementales chargées de la propagande de guerre, à une époque où il est vital de stimuler l’adhésion populaire à la poursuite de la guerre ; mais le magazine The Saturday Evening Post, auquel Rockwell contribue régulièrement, finit par passer lui-même la commande.


Rosie the Riveter peint en 1943. Couverture du journal « Saturday Evening Post »parut le 29 mai 1943 pour rendre hommage aux femmes durant la seconde guerre mondiale.

La publication en février et mars 1943 rencontre un succès immédiat et considérable, qui conduit à imprimer et distribuer des milliers puis des millions de brochures reprenant les œuvres. Leur large diffusion sous forme d’affiches participe à leur notoriété. Une tournée à travers le pays contribue à faire connaître les œuvres et à faire vendre de très nombreuses obligations de guerre.

Les années 1960 voient le déclin de l’illustration au profit de la photographie et le changement de directeur artistique amène Rockwell à quitter le Saturday Evening Post qu’il ne trouve plus assez engagé.

The runaway, 1958

 

 

 

 

À partir de 1964, il travaille pour la revue Look et illustre des thèmes plus en relation avec les remous politiques du moment. Sa plus célèbre illustration pour LookNotre problème à tous (The Problem We All Live With) en 1964. Elle représente une petite fille noire américaine se rendant à l’école, escortée par des agents fédéraux, en pleine période ségrégationniste, inspiré par l’affaire Ruby Bridges première enfant noir à être scolarisée dans une école réservée aux blancs. Ruby Bridges est venue à Caen inauguré l’exposition.

Vers la fin de sa vie, il fait encore des affiches publicitaires et le calendrier des boy-scouts jusqu’en 1976. Il décède le 8 novembre à Stockbridge, sa ville de 2000 habitants. Ses tableaux originaux sont conservés au musée Norman Rockwell à Stockbridge. Eddy Mitchell lui rendra hommage dans l’une de ses chansons.

Portrait de Norman Rockwell

Exposition Norman Rockwell

Mémorial de Caen

Esplanade Eisenhower

14000 Caen

Du 10 juin au 27 octobre 2019

Entrée : 10€

Share Button

Leave a Reply