Soul Train : show me the dance !


1969. Don Cornelius, agent de la circulation à Chicago, arrête la voiture du patron de la radio WVON, Phil Chess. La voix grave de Don Cornelius interpelle le chauffeur qui l’engage pour devenir Disc Jockey sur la station. Il est ensuite recruté sur la chaîne de télévision indépendante WCIU-TV pour présenter l’actualité sportive de l’émission A Black’s View of the News.

Chemin faisant, Don Cornielius a l’idée de proposer la première émission de télévision sur la soul Musique.

Le rendez-vous hebdomadaire de la communauté noire

A l’époque personne ne croit en cette idée et surtout l’Amérique blanche. Les patrons des régies publicitaires n’y croient pas. Le marché noir ? Pas d’avenir. Les deux communautés vivent côte côte sans chercher à se comprendre mutuellement.

Don Cornelius

Don Cornelius

L’idée de Don Cornelius est inspirée de l’émission American Band Stand présentée par Dick Clark. L’émission invite des chanteurs pour la plupart blancs, pour venir chanter en live devant des couples de danseurs.

Don Cornelius produit une émission pilote dans une pièce pas plus grande qu’une salle de réunion. Il recrute des danseurs noirs dans les lycées de la ville pour lesquels il fait passer des auditions. Le chanteur à succès Jerry Butler, apparaît dans cette première émission.

soul train

Soul Train naît le 17 août 1970.

L’émission Soul Train (La caravane de la Soul) est d’abord diffusée dans 5 villes aux alentours de Chicago. Le succès est tel que bientôt 50 villes achète le programme. Dès octobre 1971, Soul train déménage pour être produite à Los Angeles.

Soul train

L’émission est diffusée tous les samedis matin pendant 1 heure. C’est le rendez-vous de la communauté noire. Le concept de l’émission est avant tout d’inviter des artistes noirs mais aussi d’être la vitrine de la culture black américaine au travers de la danse et de ses représentants. Ainsi, l’émission propose des interviews du révérend Jesse Jackson mais aussi des jeux pour découvrir l’identité de célébrités noires.

soul train line

La Soul Train line

Mais l’un des moments les plus attendus de l’émission reste la Soul Train Line : au milieu des deux rangées, les danseurs se faufilent deux par deux et à tour de rôle pour démontrer leur aptitude à danser le « bop » ou le « cold duck ». Les danseurs triés sur le volet redoublent de créativité. Peu à peu la troupe formée est surnommée La Soul Train Gang. Pour y entrer il faut être coopté.

L’émission fait preuve d’un dynamisme extraordinaire. C’est le rendez-vous des danseurs. Danse du robot, Waaking et le Moonwalk avec les Electric Boogaloo. C’est aussi une véritable vitrine de mode. Coupe Afro pour tout le monde, il faut se faire remarquer avec des tenues très travaillées mais Don Cornelius veille ! Pas de vulgarité dans l’émission.

J5-Robot-Soul-Train

Jackson Five

Tina Turner, Marvin Gaye, Stevie Wonder, Aretha Frankin, Barry White et ses 40 musiciens, les Jackson Five… se bousculent pour participer à l’émission.
James Brown fut aussi un allié fidèle, très attaché à ce que la communauté noire soit éduquée et s’émancipe.

Peu à peu, toute l’Amérique prend conscience de cette richesse culturelle. Le leitmotiv de l’émission « Peace, Love ans Soul » inonde  s’installe dans les écrans cathodiques de l’Amérique.

Le succès est tel que l’émission de Dick Clark perd des téléspectateurs. « Les blancs » commencent eux aussi à être attiré par la Soul Train Mania, cette bonne humeur et cette créativité.

L’apogée avec le Disco

L’arrivée du disco sera l’apogée de Soul Train avec des tenues de plus en plus extravagantes, une musique autant aimée des blancs que des noirs. Certains danseurs sont repérés puis recrutés pour former un groupe. C’est le cas de Shalimar qui symbolyse à lui tout seul l’esprit Soul Train.

soul train

Les années 80 avec l’arrivée de la chaîne MTV et ses clips va voir arriver les groupes de Rap. Don Cornelius se retrouve de moins en moins dans ce style de musique. Il décide alors de confier les rênes de l’émission en 1993 et se consacre entièrement à la production. Il ouvre les Soul Train Studios, crée sa ligne de vêtements. Il est à l’époque le premier vrai business-man de la culture black. Il sera à l’initiative des Soul Train Music Awards en 1987 et ouvre également un night club « The Soul Train club » à San Francisco.

L’émission se termine officiellement en 2006. Don Corneluius décède en 2012 laissant derrière lui un fabuleux héritage culturel pour la communauté noire américaine. « Peace, Love and Soul » !

Share Button

Leave a Reply