Martin Luther King : 4 avril 1968 requiem pour les droits


Le 4 avril 1968 à 18h01, Martin Luther King est assassiné sur le balcon du Lorraine Motel qui devient à partir de ce jour un hôtel mythique dans l’histoire des Etats-Unis. Le pasteur baptiste afro-américain, militant non violent pour les droits civiques des noirs, pour la paix et contre la pauvreté, s’écroule à 39 ans abattu d’une balle dans la gorge par un certain James Earl Ray, ségrégationniste blanc.

Martin Luther King nait le 15 janvier 1929 au 501 Auburn avenue à Atlanta, transformé aujourd’hui en Musée. Fils d’un pasteur et d’une organiste d’église, il a une soeur aînée Christine et aura un plus jeune frère Albert. Il grandit dans une Amérique ségrégationiste mais dans un milieu privilégié. Ses copains blancs ne sont bientôt plus autorisés à jouer avec lui. La ségrégation raciale fait son oeuvre. A 15 ans il entre à Morehouse collège, une université réservée aux garçons noirs. Il en sort diplômé en Sociologie en 1948 puis enchaîne avec une licence en théologie et enfin obtient son doctorat en théologie l’Université de Boston en juin 1955. En 1953, il épouse Coretta Scott qui lui donnera quatre enfants : Yolanda, Martin Luther King, Dexter Scott et Berenice. Cette même année il devient le pasteur de l’église baptiste à Montgomery en Alabama. On est alors à l’apogée des violences faîtes aux noirs par les ségrégationistes comme l’a vécu un certain Nat King Cole, originaire de Montgomery.

Rosa Parks, le point de départ

Le 1er décembre 1955, une jeune femme noire fait trembler à elle seule les certitudes de la blanche amérique : Rosa Parks. Refusant de céder sa place à un blanc dans un autobus, elle est arrêtée et doit payer une amende de 10$. Martin Luther King appelle alors au boycott des bus de Montgomery. Son premier combat.  Les afro-américains organise alors un système de covoiturage pendant 382 jours. Martin Luther king est arrêté, sa maison est attaquée à la bombe incendiaire, des églises sont brulées mais en dépit des violences physiques les 40 000 noirs de la ville continuent à marcher quitte à faire jusqu’à 30 km pour aller travailler. Le boycott s’achève par la décision de la Cour suprême des Etats-Unis le 21 décembre 1956 déclarant illégale la ségrégation des les autobus, restaurants, écoles et autres lieux publics. Une première victoire.

A partir de ce moment, il reprend à son compte une philosophie chère à Gandhi : la désobéissance civile non violente. Il devient Président de la Southern Christian Leadership Conférence (SCLC). En 1958, il expose son point de vue dans son livre « Stride toward freedom; the Montgomery story ». Le 20 septembre, il est victime de son premier attentat, une femme déséquilibrée (noire) le poignarde dans un magasine Harlem lors d’une séance de dédicace. En 1959, il poursuit son oeuvre épistolaire et publie « The Measure of A Man ». Martin Luther King organise des marches non violentes contre le système de ségrégation du sud et les lois Jim Crow. Les médias commencent à s’intéresser à ce pasteur et une vague de sympathie s’empare de l’opinion publique du Nord. Le mouvement des droits civiques devient le sujet politique le plus important des Etats-Unis en 1960. Cette même année Ruby Bridges est la première enfant noire à intégrer une école de blancs… non sans conséquence pour elle et sa famille. Le FBI met Martin Luther King sur écoute en 1961.

En 1961, il rejoint les militants du Student NonViolet Coordinating Committee et du National Association for the Advancement of Colored et participe à des actions d’occupation de bibliothèques, stations de bus, restaurants réservés aux blancs à Albany en Georgie. Mais rien n’y fait, le mouvement commence à faiblir en dépit des quelques séjours en prison qu’il effectue.

Campagne de Birmingham

Birmingham, ville de 350 000 habitants est peuplée à 65% de personnes blanches et de 35% de personnes noires. Elle est caractérisée par une loi locale la plus dure des Etats-Unis en terme de ségrégation raciale. 10% de la population noire est inscrite sur lesdites électorales. Seuls les emplois manuels aux aciéries sont réservés aux noirs, les salaires des noirs sont inférieurs à ceux des blancs. Plus de 50 attentats racistes non élucidés entre 1945 et 1962 ont donné à la ville le surnom de « Bombingham ».

Un jeune homme de 17 ans attaqué par un chien policier à Birmingham, Alabama, le 3 mai 1963. Une photo qui fera la couverture du New York Times.

Le Pasteur Shuttlesworth demande de l’aide à Martin Luther King. Les actions commencent par un Boycott des magasins pour forcer les chefs d’entreprise à ouvrir les emplois de vendeurs aux personnes de couleur et fermer les caisses réservées aux blancs. La lutte se poursuit par des sit-in dans les restaurants et bibliothèques, agenouillement de personnes noires dans les églises réservées aux blancs. Un seul but provoquer des arrestations en nombre et ouvrir ainsi des négociations.

Martin Luther King est arrêté le 13 avril. Il écrit la célèbre Lettre de la Prison de Birmingham, traité définissant sa lutte contre la ségrégation. C’est alors que John Fitzgerald Kennedy, le jeune Président,  prend la main et fait libérer King. Les scènes de violences policières se multiplient. Relayées par les médias, elles font perdre pied peu à peu à la ville qui ne s’en sort plus économiquement. Plus aucun commerce de la ville ne fonctionne.

Robert Kennedy alors Ministre de la Justice envoie la Garde républicaine à la suite de deux attentats à la bombe contre un hôtel où résidait Martin Luther King et contre la maison de son frère. Le mouvement de King s’affirme. Le Président Kennedy s’adresse à la nation le 11 juin 1963. Il annonce un projet de loi mettant fin à la ségrégation raciale aux Etats-Unis.

I have a dream

President Lyndon B. Johnson rencontre Martin Luther King Jr. le 3 décembre 1963 dans le cas de la promulgation de la Loi sur les droits civiques.

Le Président Kennedy s’adresse à la nation le 11 juin 1963. Il annonce un projet de loi mettant fin à la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il sera voté le 2 juillet 1964 sous le Président Johnson. Les six grandes organisations pour les dits civiques décident alors l’organisation d’une grande marche sur Washington le 28 août 1963. Cette démarche est un manifeste pour la fin de la ségrégation raciale dans les écoles publiques, l’interdiction de discriminer dans le monde du travail, la protection des militants des droits civiques contre la violence policière, un salaire minimum de 2$ de l’heure. La marche connaît un succès phénoménal avec plus 250 000 personnes. Face au Lincoln Mémorial, Martin Luther King prononce alors son fameux discours « I have a dream » pour la fraternité qui fera date.

Le terrible attentat du 15 septembre vient parachever de manière tragique cette lame de fond. Le Ku Klux Klan fait exploser une bombe contre l’église baptiste de Birmingham pendant la prière provoquant la mort de quatre jeunes filles noires et blessant 22 enfants, provoquant l’indignation nationale.

Le 14 octobre 1964, Martin Luther King devient le plus jeune lauréat du Prix Nobel de la Paix pour avoir mené une résistance non-violente afin d’éliminer les préjudices raciaux aux États-Unis.

Selma l’insoumise

Décembre 1964, Martin Luther King et le SCLC se joignent au comité étudiant non violent à Selma toujours en Alabama. La moitié des habitants de la ville est noire mais seulement 1% est inscrit sur ls listes électorales. Le 7 mars une marche vers la capitale de l’Etat Montgomery distante de 80 km est organisée mais les manifestants pacifistes sont arrêtés sur le Pont Edmund Pettus par la police et une foule de belligérants à coups de gaz lacrymogènes. Ce jour est connu sous le nom de Bloody sunday. Les reportages montrant des manifestants pacifistes se faisant lyncher font le travail de l’opinion.

La journée du 21 mars est la bonne. Après 20km par jour, plus de 25 000 marcheurs atteignent Montgomery le 25 mars . Martin Luther King prononce son discours « How Long, Not Long ».

Après ce « fait d’arme », Martin Luther King s’installe en 1966 à Chicago près des bidonvilles pour continuer la lutte. Ses nouveaux combats sont la lutte contre la pauvreté et la Guerre du Vietnam. Un combat incompris par la majorité des américains au début du conflit (ce qui ne sera plus le cas au début des années 70). King commence à se mettre les médias à dos. On ne touche pas au patriotisme américain. Martin Luther King traverse pays de long en large pour rassembler une armée multiraciale des pauvres afin de faire signer une déclaration des droits de l’homme des pauvres. Il dénonce le militarisme ambiant en opposition aux besoins des pauvres du pays.

Lorraine Motel, fin du voyage


Fin mars 1968, Martin Luther King se déplace à Memphis pour soutenir les éboueurs en grève. A 18h00, le 4 avril, alors qu’il sort sur le balcon du Lorraine Motel, sa garde rapprochée entendent des coups de feu et courent à l’extérieur. Martin Luther King gît par terre une balle dans la gorge. Il a 39 ans.

Assassinat de Martin Luther King

Son autopsie révèle un corps extrêmement fatigué, rongé par le stress. Son coeur paraissait celui d’un homme de 60 ans après avoir parcouru plus de 9 millions de kilomètres.

Jackie Kennedy et Coretta Scott King à l’enterrement de Martin Luther King Jr

L’assassin est un certain James Earl Ray, ségrégationniste blanc arrêté avec un faux passeport à l’aéroport Heathrow de Londres. Il est extradé et est condamné à 99 ans de prison. Sa culpabilité ne fait pas encore aujourd’hui l’unanimité. A qui profitait crime ?

Martin LutherKing est enterré au Martin Luther King Jr National Historic site à Atlanta. avec l’inscription « Enfin libre ». Le Lorraine Motel est aujourd’hui le National Civil Rights Muséum. Le 4 avril 1968 est un jour férié aux Etats-Unis. Le combat continue.

 

Le bus de Rosa Parks est maintenant exposé au musée Henry Ford (Dearborn, Michigan).

Le Lorraine Motel est aujourd’hui le National Civil Rights Muséum.

Share Button

Leave a Reply