Franck Sinatra : this is the Voice


Le 12 décembre 1915 c’est un beau bébé de 5,7 kg qui voit le jour à Hoboken, non loin de New York dans le New Jersey. Issu de parents originaires de Gênes au Nord-Ouest de l’Italie et de Catane en Sicile, le petit Franck Sinatra ouvre les yeux dans cette ville où irlandais, juifs, italiens se côtoient non sans mal. Très vite le petit Franck subit les quolibets racistes. A cette époque les italiens étaient considérés soit comme des gangsters soit comme des joueurs d’orgue de barbarie.

Une jeunesse dans les bidonvilles

A 8 ans, son père illettré ouvre un bar à qui il donne un nom irlandais le « Marty O’Brien’s Bar » et ce afin d’éviter d’être mal considéré. Franck commence à chanter au piano bar et reçoit ses premières pièces ! Au moment de la grande dépression, pour joindre les deux bouts son père escorte les convois de contrebande. Nous sommes en pleine période de la prohibition. La vie est très dure et Franck côtoie de près la misère et les bidonvilles qui se multiplient dans la ville. C’est en écoutant Bing Crosby qu’il se jure de devenir le plus grand artiste pour sortir de la misère.

Les parents de Franck se démènent pour sortir la tête de l’eau. Sa mère devient sage-femme, interprète auprès des autorités pour les immigrés italiens et leurs différents dialectes et se mêle de politique locale, devenant déléguée démocrate dans l’équipe du maire de Jersey. Ils sont récompensés et Anthony Sinatra, son père, se voit offrir un poste de pompier.

Les premiers groupes à 16 ans

Mariage de Franck et Nancy Sinatra

Franck Sinatra quitte l’école à seize ans au grand dam de son père qui rêvait d’aller à l’école.  Pour 60 $ il achète son premier micro et court les radio-crochets. C’est à cette époque qu’il rencontre sa future femme Nancy, cousine des mafieux John Barbato et Willie Moretti… En septembre 1935, il passe une audition à la radio. On lui propose d’intégrer le groupe des Hoboken Four. Ils partent en tournée pour 75$ la semaine. Mais Sinatra veut faire une carrière solo et quitte le groupe. Chassé par son père, il part pour New York, capitale de la musique. Il est alors embauché comme chanteur dans un Big Band, il se produit au Rustic Cabin, restaurant d’Englewood, dans le New Jersey d’août 1937 à juin 1939, année de son mariage avec Nancy. Alors qu’il prend des cours de chant trois fois par semaine, il fait la connaissance du fameux trompettiste Harry James avec lequel il se produit à Baltimore et enregistre une dizaine de titres. Sa carrière musicale décolle en 1940 lorsqu’il débute dans l’orchestre de Tommy Dorsey, tromboniste, avec lequel il reste plus de deux ans et enregistre une centaine de titres. Il fait deux apparitions filmées aux côtés de Tommy Dorsey et son Orchestre dans les films Las Vegas Nights (1941) et Ship Ahoy (1942). Le Sinatra aux yeux bleus et son inséparable Borsalino, connu également sous le nom de « Fedora », chapeau des gangsters italo-américains, devient l’idole des adolescentes avec ses chansons d’amour. Une bruelmania avant l’heure. Populaire, il ne tarde pas à quitter le groupe.

Le Paramount Theater en guise de tremplin

Le Paramount Theater lui propose alors de chanter au 1er de l’an avec Beny Goodman. Des scènes d’hystérie s’en suivent… Il est embauché pour 15 jours, on le surnomme déjà The Voice. Chaque foyer américain possède une radio. C’est le début du Hit Parade où Sinatra figure en bonne place. Il est engagé par les disques Columbia avec lesquels il réalisera près de 300 enregistrements entre 1943 et 1952.

Franck Sinatra et Gene Kelly dans ‘Escale’ (Anchors Aweigh – 1945)

Réformé par l’armée en 1943 pour Tympan perforé (de naissance), c’est à cette époque qu’il a un 2ème enfant : Franck Jr. Il appelle à voter Roosevelt avec Orson Welles auprès des jeunes et des italiens et se fait accuser de communisme aggravé. La RKO lui propose de tourner son 1er film : Amour & Swing. Il achète sa première villa en Californie. Repéré par la MGM, il tourne Escale à Hollywood en 1945 avec la star des claquettes Gene Kelly. La scène où les deux marins américains dansent sur des lits restera une scène d’anthologie. Un succès. Il se prend d’affection pour Sammy Davis Jr, danseur émérite de claquettes, qu’il prend sous son aile en lui trouvant des salles.

Un Oscar en 1946

Les invités de Franck Sinatra profite de sa piscine en forme de piano à queue.

En 1945, il joue le personnage principal d’un court métrage de 10 minutes contre l’antisémitisme et sur la tolérance religieuse ; ce film The House I Live In, lui permet d’obtenir un Oscar d’honneur en 1946. En 1947, Sinatra  se fait construire une maison moderniste à Palm Springs. Conçu par E. Stewart Williams, la Sinatra House est un exemple spectaculaire d’architecture du milieu du siècle au cœur de Palm Springs. Ce domaine revendique le luxe de style du milieu du siècle avec une piscine en forme de piano. Elle fut le témoin de fêtes les plus prestigieuses de la vallée, avec les stars les plus brillantes d’Hollywood. Les Twin palms situés au bord de la piscine font la signature de cette villa. Frank Sinatra a souvent hissé son drapeau emblématique Jack Daniels sur un mât entre les palmiers jumeaux, ce qui indiquait … que le bar était ouvert aux copains. La maison a également été témoin de certains des combats les plus mémorables de Sinatra. L’un des plus scandaleux a été lorsque Frank a jeté les affaires de sa femme Ava Gardner dans l’allée après qu’elle ait tenté de le surprendre avec Lana Turner. La résidence a été entièrement restaurée.  Elle comprend le système audio et d’enregistrement d’origine installé par Valentino Electronics à Hollywood qui permettait d’envoyer directement à Capitol records les morceaux.

Paradoxalement, c’est à cette période que la descente aux enfers débute. En 6 ans, Franck Sinatra a gagné la modique somme de 11 millions $, claquée en rien de temps. Ses frasques extra conjugales, ses bagarres avec les journalistes et sa propension à l’alcool ternissent sa réputation. La MGM le vire et ne veut plus en entendre parler.

Ava Gardner son palier ego féminin

Février 1952 : Frank Sinatra et Ava Gardner lors d’une soirée à Hollywood.

En 1951, il rencontre Ava Gardner, son alter ego féminin, une femme de caractère avec qui il se marie. En 1951, il enregistre I’m a Fool to Want You, une chanson qui lui est dédiée. Entre passion et disputes, le couple fait l’actualité des manchettes de presse. Pour couronner le tout, sa voix casse en plein concert en 1952. Criblé de dettes, Sinatra passe deux ans à chanter dans des petites salles trois fois par jour pour rembourser ses créditeurs et chantent des duo mièvres avec la sculpturale Dagmar, présentatrice de télévision, qui a donné par la même occasion son nom aux fameux pare chocs américains en forme …. d’ogive. Au fond du trou, il doit son salut à Ava Gardner et vraisemblablement à la mafia sicilienne avec qui il entretient des rapports plus que douteux. Son rôle dans Tant qu’il y aura des hommes, payé 8 000 $ (le salaire d’un technicien !) aurait été obtenu grâce à une pression de la mafia sur le patron de la Columbia Pictures, Harry Cohn. Il est vraisemblable que l’intervention d’Ava Gardner fut aussi déterminante. Il obtient l’Oscar du meilleur second rôle en 1953 pour ce rôle.

La Blonde ou la rousse en1957 avec Rita Hayworth et Kim Novak

A partir de ce moment, tout redémarre. En pleine période maccarthiste anti-rouge Sinatra continue de s’impliquer contre le racisme des artistes afro-américains en jouant avec des orchestres noirs. Sinatra signe chez Capitol records et enchaine les tubes : I’ve Got You Under My Skin en 56, The lady is a tramp , tiré du film La blonde ou la rousse avec Kim Novak et Rita Hayworth en 57, année de son divorce avec Ava Gardner.

 

 

Les virées à Las Vegas avec le Rat Pack

Frank Sinatra and Elvis Presley en duo après le retour d’Elvis de son service militaire, 1960

Très copain avec Bogart, alors décédé, Sinatra demande Lauren Bacall en mariage, la presse l’ébruite… Sinatra annule tout. En décembre 1958, il tourne Some Came Running de Vincente Minnelli, avec Dean Martin et Shirley MacLaine. En mai 1959 sort A Hole in the Head de Frank Capra. La même année, Sinatra tourne, en juillet, Never So, avec Gina Lollobrigida et Steve McQueen, puis, en août Can-Can avec Shirley MacLaine et Maurice Chevalier. En mars 1960, Sinatra, qui avait horreur du Rock n’roll, accueille Elvis Presley, à son retour du service militaire, lors du Timex show TV où ils chantent ensemble… contraint de surfer sur l’engouement pour le jeune artiste.

Le Rat Pack au Sands de Las Vegas

En juillet de la même année, il s’investit dans la campagne électorale de John Kennedy et organise le gala d’inauguration de la présidence. Grâce à son statut de leader du fameux Rat Pack, Sinatra a noué de nombreuses relations avec de puissantes personnalités américaines de son temps, des familles Kennedy ou Grimaldi (ami proche de Grace Kelly, il était le parrain de Stéphanie de Monaco), jusqu’aux boss de la mafia tels Willie Moretti, Lucky Luciano ou Sam Giancana, dont il fut un ami proche. Le terme Rat Pack fut d’abord utilisé pour nommer un groupe d’amis à Hollywood, organisé de façon assez informelle autour d’Humphrey Bogart, dont faisait partie le jeune Frank Sinatra. La légende dit que c’est Den mother (la mère) Lauren Bacall qui a donné ce nom au groupe en les voyant revenir d’une soirée à Las Vegas. Elle était la plus jeune du groupe et les trouvait fatigués, épuisés, hagards à tel point qu’elle aurait dit « You look like a goddamn rat pack » (Vous avez l’air d’un sacré tas de rats ). En 1960, le groupe comprenait Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr., Joey Bishop, Peter Lawford (beau frère de John F. Kennedy). Les relations étroites de Peter Lawford avec John F. Kennedy, celles de Frank Sinatra avec la Mafia, et le rôle qu’a joué le groupe lors de la campagne de John F. Kennedy pour les présidentielles, donnait au groupe une dimension politique. Les relations de Sinatra avec les financeurs et lobbyistes de la mafia, très présents dans les différents syndicats,  étaient précieux. Frank Sinatra s’attendait à entrer dans le cercle des Kennedy après l’élection. Il en fut pourtant exclu avec la nomination du frère du Président, Bobby Kennedy, comme Ministre de la Justice, un anti mafia notoire. Ce qui conduisit à l’exclusion du Rat Pack de Peter Lawford en 1962. Avec les Rat Pack Sinatra a fait Las Vegas.  Il fera admettre les musiciens noirs jusqu’alors exclus et hébergés à la sortie de la ville… Fats Domino, Quincy Jones, Nat King Cole intègrent peu à peu la programmation les grandes salles des casinos de Las Vegas comme le Sands.

Dean Martin, Franck Sinatra, Peter Lawford, Sammy Davis Jr du Rat Pack

Un fils enlevé en 1963

Franck Sinatra lors d’une séance d’enregistrement

En avril 1961, il enregistre le premier d’une longue série de disques pour son propre label, Reprise. Il fait une tournée mondiale en 1962 pour les bonnes œuvres, chante à la prison  de Laurel Hill, qui accueille exclusivement des prisonniers noirs et rencontre Martin Luther King lors d’un concert au Carnegie Hall de New York. Le 8 décembre 1963 le fils de Sinatra, âgé de 19 ans,  est enlevé par trois bras cassés au Harrah Club Lodge sur les bords du lac Tahoe, en Californie. Une rançon de 240 000$ est déposée sur un parking le long de Mullholland Drive à Los Angeles. Un des trois ravisseurs, Johnny Irwin, panique et décide de libérer la victime 2 jours plus tard. Le jeune Frank Sinatra Jr marche alors quelques kilomètres avant de tomber sur un agent de sécurité qui lance l’alerte. Le FBI se charge de récupérer le jeune garçon et le ramène dans un coffre de voiture chez ses parents pour éviter la cohue de la presse.

Franck Sinatra et Mia Farrow

Le 11 avril 1966, il grave Strangers In The Night, qui obtient plusieurs Grammy Awards. Il rencontre la jeune actrice Mia Farrow qui tourne alors une série. Elle a 21 ans et lui 50. Ils se marient en juillet 1966. En 1968, Frank Sinatra lui demande d’abandonner le plateau de Rosemary’s Baby tourné par Roman Polanski au profit de son film Le Détective ; il se heurte à un refus. Il lui présente alors les papiers du divorce sur le plateau de tournage de Rosemary’s baby. Le divorce est prononcé.

Il enregistre le 30 décembre 1968 à Los Angeles, quelques heures avant d’aller fêter la Saint Sylvestre 1969, au Casino The Sands  de Las Vegas, My Way — chanson française s’intitulant Comme d’habitude coécrite par Claude François, Gilles Thibaut et Jacques Revaux en 1967 — et qui deviendra, par cette adaptation, un succès planétaire.

Le gangster d’Hoboken n’a plus la côte

Son album Watertown sorti en mars 1970 se vend à 30 000 exemplaires. Sinatra n’a plus la côte. Il fait ses adieux, le 13 juin 1971, lors de deux concerts donnés à Los Angeles en interprétant les 11 chansons de sa vie. Il décède le 14 mai 1998 à Los Angeles. Le « gangster d’ Hoboken », son autre surnom, aura bien vécu. Entre vie de famille (il aura eu 3 enfants), luxe, alcool, stars de cinéma, politique et mafia, Franck Sinatra aura été un condensé de l’Amérique. Personnage trouble il aura alterné ses passions troubles avec la mafia, sa relation plus qu’ambiguë avec Marilyn Monroe qu’il n’aura pas ménagé, avec un réel engagement pour la cause des noirs et des minorités.

Franck Sinatra devant sa Ford Thunderbird

Share Button

Leave a Reply