Cary Grant : Mr Screwball comedy


Archibald Alexander Leach tel est le vrai nom de Cary Grant, célèbre acteur hollywoodien. Né le 18 janvier 1904 à Bristol en Angleterre et mort le 29 novembre 1986 à Davenport (Iowa), il est naturalisé citoyen des États-Unis le 26 juin 1942.
CaryArchibald est enfant unique. Il vit une enfance malheureuse et agitée avec une mère Elsie, fragile suite au décès d’un précédent enfant, et qui est placée par son père dans un hôpital psychiatrique lorsqu’ il avait dix ans.

Son père a ensuite un fils d’une autre femme et lui raconte que sa mère est partie pour de longues vacances. C’est à  seulement à 30 ans qu’il découvre la supercherie.

Le départ pour les Etats-Unis à l’adolescence

A 14 ans, il est renvoyé de la Fairfield Grammar School de Bristol. Il rejoint alors la  Bob Pender stage troupe et voyage avec le groupe aux États-Unis lors d’une tournée de deux ans. À la fin de la tournée, il reste sur place pour poursuivre sa carrière scénique.

Jeune homme, il devient  chanteur dans les comédies musicales de Broadway à New York. On l’associe vite au genre « loufoque ». Grand (1m87),  menton dit en fesses d’ange, son accent britannique mi-aristocratique mi-ouvrier de représentant de commerce fait de lui un spécialiste du genre dit screwball comedy.

la mort aux troussesAu début des années 30, il enchaîne les spectacles et part pour Hollywood en 1931, où il prend le nom de Cary Lockwood. Il signe avec Paramount Pictures qui lui fait opter pour un nouveau nom : Cary Grant. Les initiales C et G ont déjà porté chance à Clark Gable et Gary Cooper, deux des plus grandes stars de l’époque.

La consécration en 1933

Après des participations et un premier rôle face à Marlène Dietrich dans Blonde Venus, sa célébrité vient en 1933 grâce deux films à grand succès Lady Lou et Je ne suis pas un ange. Le premier est nommé pour l’Oscar du meilleur film, ce qui sauve la Paramount de la faillite.

Arsenic_et_Vieilles_DentellesEn 1936, l’acteur ne supporte plus que la Paramount ne voie en lui qu’un sosie de Gary Cooper. Il devient donc indépendant et pilote seul sa carrière. Il obtient également la nationalité américaine en 1942.

L’As de la Screwball comedy

Cary Grant joue alors  dans les plus célèbres screwball comedies, dont L’impossible monsieur Bébé (1938) avec Katharine Hepburn, La dame du vendredi (1945)  et surtout Arsenic  et vieilles dentelles (1944). Ginger Rogers et Marilyn Monroe lui donnent également  la réplique dans  Chérie, je me sens rajeunir (1952).

Marilyn Monroe avec Cary Grant dans "Chérie je me sens rajeunir" - 1952

Marilyn Monroe avec Cary Grant dans « Chérie je me sens rajeunir » – 1952

Cary Grant joue souvent des personnages charmeurs mais troubles. Humour, drame et séduction rythment ses comédies.

Au milieu des années 1950, Grant crée sa propre maison de production, Grantley Productions, et produit plusieurs films distribués par Universal, tels Opération jupons, Indiscret, Un soupçon de vison.

Electron libre dans le milieu du cinéma, Cary Grant contrôle chaque aspect de sa carrière. Il décide quels films tourner et s’implique dans le choix du réalisateur et de ses partenaires. Il négocie même parfois un pourcentage sur les bénéfices, un privilège rare à l’époque.

L’acteur fétiche d’Hitchcock

La mort aux trousses d'Hitchcock - 1959

La mort aux trousses d’Hitchcock – 1959

Charmant mais peu stable, il s’est marié cinq fois. Cary Grant est surtout connu pour avoir été l’acteur fétiche d’Hitchcock pourtant bien connu pour ne pas aimer les acteurs ( à contrario des actrices). Grant apparaît ainsi dans de grands classiques du maître du suspense : Soupçons (1941), Les Enchaînés (1946), La Main au collet (1955)  avec Grace Kelly et La Mort aux trousses (1959). Grâce à Hitchcock Cary Grant sort de la comédie pour des rôles plus dramatiques.

Cary Grant et Audrey Hepburn dans Charade - 1963

Cary Grant et Audrey Hepburn dans Charade

En 1963, il joue aux côtés d’Audrey Hepburn dans «  Charade ». Trois ans plus tard, Cary Grant décide de se retirer après son dernier film « Rien  ne sert de courir ». Hitchcock tentera en vain de le débaucher pour son film « Le rideau déchiré ». In fine c’est Paul Newman qui héritera du rôle.

 

Le rôle de James Bond dans les cartons

Anecdote et non des moindres, Ian Fleming s’est inspiré de sa séduction et de son apparence soignée pour créer le personnage de James Bond. En 1961, il est le premier acteur à avoir été approché par Ian Fleming pour le rôle, qu’il refusa parce qu’à 58 ans, il se sentait trop vieux pour incarner le célèbre agent secret.

Cary Grant 900x600Éloigné des écrans, l’acteur reste néanmoins actif. À la fin des années 1960, il accepte un poste au comité de direction de Fabergé. Une fonction qu’il assume pleinement en assistant aux assemblées.

À la fin de sa vie, il fait des tournées aux États-Unis appelées A Conversation with Cary Grant au cours desquelles sont projetés des extraits de ses films suivis de débats.

Le 29 novembre 1986 alors qu’il  se prépare pour une représentation à l’Adler Theater à Davenport dans l’Iowa il est victime d’un accident vasculaire cérébral. Il meurt dans la nuit au St. Luke’s Hospital à l’âge de 82 ans.

DVD PlayerScreenSnaps_02_smOn se consolera avec l’American Film Institute qui le classera  deuxième acteur de légende du cinéma américain juste derrière Humphrey Bogart et devant James Stewart. Si l’on devait comparer Cary Grant à un acteur contemporain, Georges Clooney en serait le digne héritier.

Share Button

3 Responses


  • […] En savoir + : Frank Capra, est un réalisateur, scénariste et producteur américain d’origine italienne, né le 18 mai 1897 à Bisacquino (Sicile) et mort le 3 septembre 1991 à La Quinta (Californie). Frank Capra débute dans le cinéma par hasard, et apprend son métier auprès de Mack Sennett comme scénariste et gagman, avant d’entamer une carrière de réalisateur. Il participe, grâce à son association avec le producteur Harry Cohn, à l’essor de la Columbia et devient l’un des metteurs en scènes les plus importants du cinéma américain des années 30. Il signe plusieurs grands succès, aujourd’hui des classiques : New York-Miami, L’Extravagant Mr. Deeds, Horizons perdus, Vous ne l’emporterez pas avec vous, Monsieur Smith au Sénat, L’Homme de la rue ou encore Arsenic et vieilles dentelles avec Cary Grant. […]

  • […] sens rajeunir , elle apparaît pour la première fois en blonde platine. Elle joue aux côtés de Cary Grant et de Ginger Rogers sous la direction de Howard Hawks. Le film réalise un bon score au […]

  • […] le théâtre et suis les cours de l’American Academy comme une certaine Catherine Hepburn ou Cary Grant. Elle devient aussi mannequin. En mars 1943, elle fait la couverture du Harper’s Bazar c’est […]

Leave a Reply