Jayne Mansfield : tragédie d’un Buste mélomane


Le cinéma des années 50 et 60 a connu l’icône Marylin Monroe. Ce que l’on sait moins c’est qu’ un autre sex-symbol lui disputait le titre de «Blonde explosive» : Véra Jane Palmer plus connue sous le nom de Jayne Mansfield. Actrice et Playmate, comme Marylin, Jayne un destin tout aussi tragique, emportée dans un terrible accident de voiture à l’âge de 34 ans.

Jayne Mansfield dans le film The Girl Can’t Help It

Jayne Mansfield dans le film The Girl Can’t Help It

Musicienne et élève brillante
Flash back. Jayne Mansfield est née le 19 avril 1933, à Bryn Mawr en Pennsylvanie. Fille unique d’une famille bourgeoise formée par Herbert William Palmer, avocat, et Vera Palmer. Son père décède d’une crise cardiaque au volant quand elle a 3 ans alors qu’elle se trouve avec sa mère sur le siège passager. Une anecdote pas si anodine quand on connaît la fin tragique de Jayne Mansfield. Elle exprime très tôt le souhait de devenir une star et admire l’enfant star Shirley Temple. Elle dévore les magazines de cinéma avec des rêves plein la tête. À douze ans, elle prend des cours de danse de salon, puis des cours de piano, de violon et d’alto. Elle étudie aussi l’espagnol et l’allemand. Une tête bien faite en somme.0ec1c43703bf0000bbd5900af4b0ef78

Théâtre et concours de beauté
Le 10 mai 1950, enceinte, elle se marie à 17 ans avec son copain de classe Paul James Mansfield et donne naissance à une fille Jayne Marie le 8 novembre 1950. En 1951, ils emménagent à Austin, au Texas, où Jayne étudie l’art dramatique à l’université. Durant cette période, elle enchaîne les petits boulots : elle pose comme modèle nue pour des étudiants en art, vend des livres et travaille comme réceptionniste le soir dans un studio de danse. rb73qdbklnqcnhwusmizElle se teint les cheveux en blond et gagne des concours de beauté plus ou moins loufoques : Miss Nuisette, Miss Pull-Over, Miss Le-Dernier-Pour-La-Route (véridique), Miss Analgésine, Miss Contact électrique, Miss Station Service, Miss Autoroute, Miss Hot Dog, Miss Tomate du Texas, Miss Chihuahua (elle en achète quatre), et Miss Faites-moi-le plein…

En 1952, elle retourne à Dallas quelques mois et devient l’élève de l’acteur et professeur d’art dramatique Baruch Lumet (le père du futur réalisateur Sidney Lumet). Il la dirige le 22 octobre 1953 dans la pièce d’Arthur Miller, Death of a Salesman, avec la troupe Knox Street Theater, ce qui lui vaut de se faire remarquer par la Paramount qui lui propose une audition. Lumet va l’aider à préparer le casting.

Un physique trop sexy
En 1954, la petite famille et leurs nombreux animaux: un danois, deux chihuahuas, un caniche teint en rose, trois chats et un lapin s’installent dans un petit appartement de Los Angeles où Jayne étudie l’art théâtral à l’université d’UCLA.4c72217276cbbc1940ce2280d575a476-882x1024
Quand Paul repart pour la Corée, elle devient la maîtresse de son voisin, l’acteur Steve Cochran. Elle gagne la première étape du concours de Miss California, ayant caché son statut marital, puis se retire du concours. Elle obtient aussi son premier rôle au cinéma, dans le film à petit budget Female Jungle, dont le tournage a été bouclé en une dizaine de jours et pour lequel Jayne a gagné 150 dollars. Jayne-Mansfield-1-820x1024Paradoxalement, elle ne parvient pas à percer en tant que mannequin, à cause de son physique jugé bien trop sexy pour l’époque. Ses 117 cm de tour de poitrine pour 1m68 ne faisaient pas parti des « critères » de beauté de l’époque. Son agence « Blue Book » est la même que celle de Marilyn à ses débuts.

Playmate février 1955 et pièce à Broadway
Après des auditions sans succès pour la Paramount Pictures et Warner Bros, elle tourne pendant deux ans dans des séries Z. Les réalisateurs qui veulent surtout mettre en avant ses mensurations la cantonnent dans des personnages caricaturaux qui lui valent le surnom de « le Buste ».

En janvier 1955, Jayne et Paul Mansfield se séparent : trop de divergences dans le couple dû à l’ambition de carrière et les infidélités de Jayne. C’est aussi le mois où elle va capter l’attention des médias et d’Hollywood en laissant tomber le haut de son maillot de bain en plongeant dans la piscine d’un banquet organisé à Silver Springs en Floride pour la sortie du film Underwater ! Hugh Hefner la remarque et lui propose, en février 1955, de poser pour son magazine Playboy. 1955_02_Jayne_Mansfield_Playboy_CenterfoldLes photos de Jayne en pyjama rose vont non seulement booster les ventes du magazine, mais aussi donner un coup de pouce à sa carrière. Elle sera l’une des Playmates préférées du magazine qui publiera des photos de Jayne tous les mois de février de 1955 à 1958 et en 1960.b61bd03825ebb02fc6da824e7a4b9456

Son agent William Shiffrin parvient à lui faire décrocher le rôle principal dans une pièce de George Axelrod à Broadway, celui du rôle d’une star de ciné dans Will Success Spoil Rock Hunter ? Il s’agit de sa première grande performance sur scène, recueillant l’attention des critiques et du public. Le 21 novembre 1955, elle figure, parmi d’autres actrices de Broadway en couverture du célèbre et populaire magazine américain LIFE.

Le 12 décembre 1955 se tient la grande première du film The Rose Tattoo à New York. Plusieurs célébrités participent à l’événement dont Marlon Brando, acteur du film, qui escorte Marilyn Monroe. Marilyn Monroe and Jayne Mansfield at the 1955 premiere of ‘The Rose TattooAprès la représentation du film, à la soirée organisée au Sheraton Astor Hotel, Jayne Mansfield fait son apparition, s’incrustant au milieu des autres stars afin de se faire photographier et remarquer. Une initiative peu appréciée par Marilyn.

« The Girl Can’t Help It » : premier succès
En 1956, elle signe un contrat de sept ans avec la 20th Century Fox qui veut remplacer Marilyn Monroe qui s’est séparée du studio. Son premier rôle pour la Fox est celui de Jerri Jordan pour le film de Frank Tashlin The Girl Can’t Help It (« La blonde et moi ») avec Tom Ewell, partenaire de Marilyn dans Sept ans de réflexion et dans lequel elle chante deux chansons.
Le film réunit un casting important de stars du rock : Gene Vincent, Eddie Cochran, Fats Domino, The Platters et Little Richard. Le succès est au rendez-vous.
Jayne Mansfield in The Girl Can’t Help It38

Le personnage que Jayne s’est construite sera désormais sa marque de fabrique: une blonde au déhanché chaloupé, poussant des gloussements, sa marque de fabrique.
8604b7adf5eaf2045df050b2fa8e4994Côté cœur, le 13 mai 1956, elle rencontre Mickey Hargitay, acteur et ancien Mister Univers d’origine hongroise qui lui donnera trois enfants.

Golden globe et festival de Cannes

En 1957, elle donne un aperçu de l’actrice qu’elle aurait pu être, dans le film de Paul Wendkos Le Cambrioleur, où elle s’avère excellente dans un rôle dramatique.

Le 12 avril 1957, Jayne va parvenir à lancer un grand coup médiatique qui restera dans les annales. La Fox organise une grande soirée au restaurant Romanoff’s de Beverly Hills en l’honneur de la venue de l’italienne Sophia Loren. Jayne va faire son apparition au cours de la soirée, portant une robe au décolleté des plus plongeants. La photographie du regard de Sophia Loren lançant un regard dédaigneux dans le décolleté de Jayne va faire le tour du monde.sophia-loren-and-jayne-mansfield

Jayne joue ensuite un rôle à contre-emploi dans l’adaptation du roman de John Steinbeck, Les naufragés de l’autocar avec Joan Collins. Le film rencontre un petit succés et Jayne remporte le prix du Golden Globe de la ‘Nouvelle Star de l’année » en 1957 face à Carroll Baker et Natalie Wood.

En février 1958, Jayne et Mickey Hargitay signent un contrat de quatre semaines au club Tropicana de Las Vegas où Jayne propose une revue de striptease sous le nom de Trixie Divoon dans The Tropicana Holiday.

Leur numéro le plus populaire et qui fera la gloire du couple, est le porté de Jayne par Mickey, qui la fait tournoyer en cercle autour de sa taille, tous deux vêtus de maillots en léopards !

cannes2 cannesEn mai 1958 elle se rend au Festival de Cannes avec son mari, Mickey. Le buste et le muscle font sensation ! Elle est interviewée par Léon Zitrone. La France découvre alors son petit gloussement sensuel qui a participé à la naissance de son mythe.

Elle reste en Europe et passe le reste de l’été 1958 entre Londres et l’Espagne pour le tournage du western La blonde et le shérif. Le film sera son dernier grand succès au box-office.

1959 : « le buste » ne fait plus recette
Mais alourdie par ses grossesses qui nuisent à sa réputation de blonde explosive, la Fox la licencie en 1959 pour récupérer Marilyn. C’est au cours de l’année 1960 que Jayne rencontre le sénateur -et futur président des USA- John F. Kennedy. Ils ont une aventure. 65f54a2b4e29f07ea04dd3d02adadc54A partir de 1960, elle multiplie ses apparitions dans des supermarchés et drug store, se faisant payer 10 000 dollars pour chacune de ses apparitions.

L’acteur et réalisateur Tommy Noonan, partenaire de Marilyn dans Les hommes préfèrent les blondes, vit une relation passionnée avec Jayne. Il la persuade d’accepter le rôle principal de Promises ! Promises ! avec son mari Mickey Hargitay, et dans lequel elle apparaît intégralement nue. jayne_mansfield_12Les photos de tournage sont publiées dans le magazine Playboy de juin 1963.

En 1963, Jayne divorce de Mickey Hargitay mais se rend compte qu’elle est enceinte… En 1964, elle donne naissance à une fille, Mariska Hargitay, qui est aujourd’hui connue pour son rôle du lieutenant Olivia Benson de la série New York, unité spéciale.
qjgryulahe4ptlsnyrge A l’instar de Marylin et Joe Di Maggio, le couple restera tout de même amis et continuera de temps à autre à se produire ensemble. C’est alors qu’on lui propose un rôle intéressant, en remplacement de Marilyn Monroe décédée en 1962, pour le film Kiss Me, Stupid avec Dean Martin et dirigé par Billy Wilder. Mais Jayne, enceinte de Mariska, décline le rôle qui échouera à Kim Novak.

Jayne tombe sous le charme du réalisateur d’origine italienne Matt Cimber. Ils se marient le 24 septembre 1964 à Mulegé au Mexique. Cimber devient le manager de Jayne mais lui fait signer des contrats pour des projets sans envergures. Ils se séparent en juillet 1965. Jayne est enceinte… Elle aura en tout cinq enfants de trois pères différents.

Elle apparaît dans un film à petit budget, « The Las Vegas Hillbillys » en 1966 avec Mamie Van Doren, autre sex symbol de l’époque. Les deux actrices, ne s’appréciant guère. Elles ont filmé chacune leur scène à part et le tout a été reconstitué au montage.
Annex-Mansfield-Jayne_04-827x1024Si Jayne Mansfield fut la Marilyn Monroe du pauvre, Mamie Van Doren en était la Jayne Mansfield.

En 1966, noyée dans l’alcool et les psychotropes, elle est présentée à Anton LaVey, leader de l’Église de Satan qui deviendra son amant. L’Eglise la proclame membre à part. Jayne est considérée comme une sataniste.

Buick Electra 225 contre camion
Icône déchue, elle poursuit sa carrière déclinante avec des tournées miteuses au Canada et aux Etats Unis. Elle porter désormais des perruques en permanence ayant abusé des colorations qui lui font perdre ses cheveux.

accidentElle meurt le 29 juin 1967 (5 ans après Marylin) près de Slidell en Louisiane après une dernière représentation dans le cabaret Gus Stevens « Supper Club » à Biloxi. Rejoignant La Nouvelle-Orléans où elle doit effectuer un show télévisé, la voiture lancée à pleine vitesse après un virage, s’encastre dans un camion à 2 h 25 du matin. Jayne est assise entre Sam Brody, son avocat et amant, et son chauffeur. Ses trois enfants, Mariska, Miklós et Zoltán Hargitay, assis à l’arrière, s’en sortent miraculeusement.

Passionnée par les roses et les cœurs -ses voitures étaient toutes roses- Jayne Mansfield était une femme cultivée. 103596809Elle parlait cinq langues, était pianiste et violoniste classique et avait un QI de 163. Bien loin de ce que laissait supposer ses rôles de blonde idiote. Le réalisateur Frank Tashlin résumera la carrière de Jayne Mansfield avec ces mots : « Jayne avait tout. La beauté, le talent, l’énergie; mais elle a fichu sa carrière à terre avec trop de publicité ».

Coutumière des « accidents vestimentaires », avec sa silhouette en forme de sablier, ses soupirs et ses poses suggestives Jayne Mansfield fit rêver tous les pères de famille des années 1950. jane_mansfield_glovesIl se disait qu’ « elle pouvait prendre une douche sans se mouiller les pieds». Une tragédie terriblement actuelle.

 

 

 

 

Share Button

3 Responses


Leave a Reply